• Sutter Mills
  • April 16, 2018
  • Artificial Intelligence

L’intelligence artificielle au service du retail

Connaître les préférences du client, anticiper ses envies et lui proposer l’offre la plus personnalisée : grâce à l’IA, les ambitions des retailers passent du rêve à la réalité. Mamma mIA !

Influer sur la saveur d’une boisson déjà commercialisée jusqu’à ce que celle-ci soit exactement à votre goût. Recevoir de votre marque préférée une sélection personnalisée de cinq vêtements et accessoires, après avoir répondu à quelques questions sur vos attentes et votre morphologie. Ou, encore, être choyé à la caisse d’un supermarché après que celui-ci ait repéré, via une caméra de reconnaissance faciale, votre insatisfaction. Ces expériences nourries à l’intelligence artificielle (IA) pourraient être le scénario d’un épisode de la série Black Mirror. Il s’agit pourtant bel et bien de la réalité, comme en témoignent IntelligentX Brewing Co, société anglaise dont la bière est brassée à l’intelligence artificielle, Stitch Fix, marque américaine de vente de vêtements en ligne basée sur les data des visiteurs, et WalMart, multinationale spécialisée dans la distribution, en cours de développement d’un outil pour détecter, à l’aide de caméras, les expressions des visages.

En 2018, l’intelligence artificielle, concept sur lequel travaillent les scientifiques depuis 60 ans, fait une entrée remarquée sur le territoire du retail. “Si ce terme est utilisé à toutes les sauces, commente Christophe Marée, directeur marketing digital Europe de l’Ouest et du Sud chez Adobe France, les outils de machine learning inhérents à l’IA – et qui s’inspirent de la pensée humaine -, combinés aux data, oeuvrent à améliorer les expériences proposées par les marques aux consommateurs.”

L’IA … pour exploiter les données clients

Grâce à l’IA, les marques auraient ainsi l’opportunité de mieux connaître leurs clients. Et pour cause : “Il est enfin possible d’exploiter les données non structurées telles que les posts sur les réseaux sociaux, explique Jean-Philippe Desbiolles, vice-­président cognitive solutions d’IBM Watson. Ces éléments, qui représentent 80 % des données générées, deviennent compréhensibles, via les systèmes cognitifs, et donnent la possibilité aux marketeurs d’accéder à une nouvelle masse d’insights pour prévoir les comportements des consommateurs et éviter leur attrition.” Car, sans data, pas d’IA. L’équation se veut simple pour les marques en quête de l’implémentation d’une stratégie d’intelligence artificielle.

L’explosion des technologies et des algorithmes offrent aux marques la possibilité de fabriquer un référentiel client unique (RCU), analyse Olivier Mazeron, CEO et cofondateur de Sutter Mills, et ainsi, d’aller plus en profondeur dans la connaissance client.”

Grâce aux données issues des cartes de fidélité de leurs clients (âge, sexe, identité, adresse, notamment), aux catégories d’achat les plus fréquentes – en ligne et en boutique – combinées aux données de transactions, de navigation et de comportement, aux données exogènes, comme la météo, et aux algorithmes de machine learning et de deep learning, les marques seraient en mesure de personnaliser leur offre, mais, aussi, de détecter les futures tendances ou, encore, d’automatiser nombre de tâches liées à la gestion des stocks.

Lire la suite

Related content
  • Sutter Mills - Artificial Intelligence

    PRESS ROOM SUTTER MILLS CORE SAS

  • Sutter Mills - Artificial Intelligence

    PRESS ROOM SUTTER MILLS GROUP SAS

  • Sutter Mills - Artificial Intelligence

    L’impact du RGPD dans votre stratégie data